top of page
  • Writer's pictureFabrice Godefroy

L’AIR INTÉRIEUR, ÇA VOUS PARLE ?

À l’opposé de la pollution de l’air ambiant (extérieur) que tout le monde connaît, celle de l’air intérieur est souvent mise au second plan. Pourtant, nous passons 90% de notre journée dans des espaces fermés. Ces environnements varient selon nos activités et sont nombreux (maison, bureau, usine, transport, centres commerciaux, gymnase, bibliothèque…).


La qualité de l’air intérieur également appelé QAI dépend d’une multitude de facteurs qui jouent un rôle plus ou moins important.


Nous buvons en moyenne 1.5 litre d’eau et respirons 15000 litres d’air par jour.


Avant chaque gorgée d’eau, analysez-vous votre eau?
Avant chaque respiration, analysez-vous votre air?

Vos réponses vous indiqueront votre sensibilité et l’importance que vous apportez à votre santé.



PRÉOCCUPATION

  • Nous passons presque 70% de notre temps quotidien dans nos habitations que ce soit la chambre, la cuisine, le séjour et la salle de bain.

  • Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la pollution de l’air intérieur des habitations a été responsable d’environ 3.2 millions de décès par an, en 2020, dont plus de 237 000 décès d’enfants de moins de 5 ans.


Pourtant, nous avons toutes les cartes en main pour avoir une bonne QAI notamment en utilisant des gestes simples au quotidien.


ÉQUATION

Afin de simplifier la QAI, on peut utiliser cette équation :

QAI1 = Polluants2 X Paramètres de confort3

QAI = sources d’émission de polluants X conditions de dispersion


LES SOURCES DE POLLUTION INTÉRIEUR

Dans les sources de pollution intérieur on retrouve la pollution extérieure, les matériaux de votre espace intérieur et les activités des occupants.


La pollution de l’extérieur va jouer un rôle clé puisque nous l’utilisons pour renouveler notre air intérieur. Il est donc important d’apporter une attention particulière aux informations de votre qualité de l’air ambiant.


Les matériaux de votre espace intérieur représentent une source d’émission qui varie selon s’ils sont neufs ou usagés. Prenons l’exemple que tout le monde connaît, lorsque nous prenons place dans une voiture neuve. Votre première action est de respirer profondément afin de sentir l’air du neuf qui n’est autre que l’émission des plastiques, caoutchouc et sellerie de celui-ci qui émettent des polluants.


Les activités des occupants sont très diverses et variées que ce soit dans une maison ou au bureau. Au bureau, l’usage de matériel informatique tel que les ordinateurs, les photocopieurs, les imprimantes 3d, sont des sources non négligeables. Il ne faut pas oublier les produits d’entretien utilisés par le service de nettoyage.


Dans notre maison, les activités de cuisine, de ménage ainsi que l’utilisation de bougies ou d’encens sont autant de sources qui modifient votre QAI.



LES POLLUANTS

Parmi les polluants les plus couramment rencontrés :

Les agents chimiques : dioxyde de carbone (CO2) émis par les occupants ; monoxyde de carbone (CO) émis par la combustion (chaudière à gaz, dispositifs de chauffage) ; composés organiques volatils (COV) qui proviennent des photocopieurs, imprimantes, meubles, peintures.


Les agents physiques : les particules fines (fumée de tabac, ménage, combustion de bougie et d’encens) ; les fibres (dalles de sol, plafond).


Les agents biologiques : champignons et moisissures provenant des zones et matériaux humides ; virus ; allergènes respiratoires (pollens, animaux domestiques).



SYMPTÔMES LES PLUS FRÉQUENTS D’UNE MAUVAISE QAI

Toutes les personnes ne sont pas touchées de la même manière. Les symptômes qui reviennent sont :


  • Sécheresse des yeux, du nez, de la gorge et de la peau

  • Maux de tête

  • Fatigue

  • Toux et éternuement

  • Étourdissement

  • Nausée

  • Hypersensibilité et allergie



LA VENTILATION

La ventilation est un mouvement d’entrée et de sortie de l’air d’un local. Elle peut améliorer la QAI en diluant les polluants. La ventilation qu’elle soit manuel ou automatique doit faire appel à un apport d’air neuf. C’est d’autant plus vrai avec le temps puisque les constructions de bâtiments sont de plus en plus imperméables et ne laissent passer aucun air extérieur. Les systèmes de ventilation sont la pierre angulaire de la QAI et requièrent un plan de maintenance adapté et de suivi dans le temps.



QUELQUES ANECDOTES DE MES INTERVENTIONS EN QAI


  1. Je reçois un appel pour des travailleurs qui ont des maux de tête dans un local. En arrivant sur les lieux, je questionne le responsable pour savoir si le registre de maintenance de la ventilation est à jour. Il me dit : bien sûr, tout est OK. Je lui demande de me montrer la trappe d’air extérieur et là, il observe qu’elle est complètement empoussiérée.

  2. Je reçois un appel pour intervenir dans des bureaux pour lesquels les employés se plaignent d’odeurs de peinture. Après l’investigation, il s’avère que le garage automobile à côté des bureaux possède une cabine de peinture, mais l’air extrait de cette cabine est rejeté au niveau du toit en direction de la trappe d’air neuf du bâtiment des bureaux.

  3. Je reçois un appel d’une personne qui soupçonne une mauvaise qualité de l’air dans son logement. Une fois sur place, je remarque que toutes les bouches d’aération sont bouchées. Je lui demande pourquoi. Elle me répond, cela fait trop de bruit.


36 views

コメント


bottom of page