top of page
  • Writer's pictureRégis Olry

NE TOUCHEZ PAS AU NUMÉRO 5!



Il est des parfums qui du simple objectif de plaisir acquièrent le statut d’authentiques légendes. Ainsi le Numéro 5 de Chanel, créé en 1921 par Ernest Beaux (1), avec un flacon reconnaissable par son extrême simplicité et un prix reconnaissable par le nombre de ses chiffres. Parfum de stars : Marilyn Monroe, Catherine Deneuve, Nicole Kidman et Carole Bouquet parmi bien d’autres. Mais quittons les champs de fleur de Grasse pour rejoindre le Chili des années 1970.


Santiago, 11 septembre 1973.

Un putsch militaire destitue le président Salvador Allende, la dictature d’Augusto Pinochet se met en place (2). À l’instar de toute dictature, celle des militaires va se doter d’une police secrète connue sous le nom de DINA (Direcciόn de Inteligencia Nacional) et qui deviendra CNI (Central Nacional de Informaciones) vers 1978. C’est une de ses nombreuses et terribles activités qui nous concerne dans cet article.


Un laboratoire de chimie est installé au 4925 de Lo Curro, dans un quartier situé and Nord-Est de Santiago. C’est la demeure d’un certain Michael Townley, américain installé au Chili, recruté par la DINA mais accusé quelques années plus tard d’être membre de la CIA par le général Manuel Contreras, ancien chef de la DINA. Mais que se passe-t-il donc dans ce laboratoire?


Le biochimiste Eugenio Berrios, surnommé Hermès, est le personnage central du projet connu sous le nom de « Projet Andrea » qui vise à produire un gaz pour éliminer les opposants au régime, qu’ils soient chiliens ou étrangers. Le gaz produit par Berrios est tristement célèbre : il s’agit du gaz sarin que d’autres utiliseront dans le métro de Tokyo le 20 mars 1995 et dont le fabuleux écrivain japonais Murakami Haruki racontera l’histoire (3).


Que ce soit accidentellement ou sur ordre de la police secrète chilienne, on évoque quelques victimes de ce gaz : le diplomate des Nations Unies Carmelo Soria, le journaliste Eugenio Lira Massi, l’agent de la DINA Manuel Leyton Robles (4), et sans doute quelques autres.


Prochaine cible : les États-Unis. Mais comment faire entrer discrètement le gaz sarin sur le sol de l’Oncle Sam? C’est là que le machiavélisme de la DINA atteint des sommets. Le gaz mortel sera mis dans des flacons du parfum Numéro 5 de Chanel puis distribué sur le marché américain… On imagine l’horreur.


Mais Dieu merci, le « Projet Andrea » est demeuré au stade expérimental. Le chimiste Berrios n’a pas pu être interrogé à ce sujet, car il aurait été assassiné le 15 novembre 1992 en Uruguay.


RÉFÉRENCES

1. (Ellena J.-C. (2009) Le parfum. Paris, Presses Universitaires de France, p. 119.

2. Dupoy G. (1983) La chute d’Allende. Paris, Robert Laffont.

3. Murakami H. (2000) Underground. The Tokyo Gas Attack and the Japanese Psyche. London,

The Harvill Press.

4. Arce L. (2013) L’enfer. Terreur et survie sous Pinochet. Paris, Les Petits Matins, p. 413.

5. Rizet D., Bellon R. (2002) Le dossier Pinochet. Tortures – Enlèvements – Disparitions –

Implications internationales. Neuilly-sur-Seine, Michel Lafon, pp. 227-228.

5 views

Recent Posts

See All
bottom of page