• ODOMAG

La destruction des odeurs

Sur le marché du consommateur, il existe une multitude de produits masquant les odeurs ; la plupart du temps en ajoutant un parfum. Mais qu'en est-il des destructeurs d'odeurs ? La marque NODO est un rare exemple des destructeurs d'odeurs disponible sur le marché.

À la maison ou sur notre lieu de travail, quoi de plus désagréable que des mauvaises odeurs persistantes ? Vous avez peut-être déjà eu à vivre dans un environnement où une ou des mauvaises odeurs régnaient. La liste peut être longue. Pour en citer quelques-unes : odeurs de canalisations, toilettes chimiques, odeurs d'animaux, litières, urines, odeurs de sacs de sports, etc.


Nous avons tous mis en place tel ou tel méthode pour nous en débarrasser, bougie, spray, gels ou encore vous avez passé la journée les fenêtres ouvertes en espérant faire disparaître cette odeur tenace. Le résultat était-il toujours à la hauteur de vos attentes ?


Bien souvent l'odeur n'est que masquée par les produits désodorisants en diffusant un parfum (une autre odeur) qui est souvent accompagné de produits chimiques. Le succès des désodorisants et des parfums d’intérieur repose sur une idée reçue et un malentendu assez répandu.


Les désodorisants éliminent les mauvaises odeurs, croit-on. Mais, non, en réalité ils ne font que les masquer avec un parfum encore plus fort.

La conséquence est simple : les désodorisants ajoutent des substances dans l’air sans avoir supprimé celles qui gênent et ne font que rendre un air vicié encore un peu plus vicié. Le benzène, le toluène et le formaldéhyde des encens ou parfums d’intérieur viennent en fait s’ajouter aux autres substances et odeurs sans les supprimer, si bien que le problème reste entier. Chercher à cacher une odeur persistante de moisissure, par exemple, avec un parfum d’intérieur ne sert à rien.


En tout état de cause, il faut limiter la pulvérisation de molécules de produit dans l’air. Ces molécules se retrouvent dans l’atmosphère et sont souvent néfastes pour la santé. Les experts s’entendent pour privilégier les solutions de gestion de l’odeur directement à la source, sur les surfaces, dans la matière (litière, par exemple) ou le textile.


Quelle autre alternative ?


Que faire alors ? La réponse nous vient du milieu industriel où les odeurs ne sont généralement pas masquées mais “détruites” ou “neutralisées”. Nous parlons alors de “destructeurs d’odeurs” ou de “neutralisants d’odeurs”. La différence est notable car des enzymes entre en action. Ces enzymes sont appliquées à la source de l'odeur et la “digère”, littéralement. La mauvaise odeur est alors supprimée. La plupart des destructeurs d’odeurs ajoutent un léger parfum pour que l’effet perceptible soit immédiat, nous percevons cette nouvelle odeur pendant que les enzymes sont occupées à détruire la source de l’odeur désagréable. Les produits NODO en sont un exemple parfait. Ces produits sont dérivés de produits éprouvés au niveau industriel et mis à la disposition du consommateur.


Les destructeurs d’odeurs sont des produits “vivants”. Ils ne contiennent pas de molécules chimiques nocives qui tueraient les enzymes. Leur efficacité dépend du type d’enzyme employée et de la concentration du produit.

En effet, un destructeur d’odeur c’est du concentré d’enzyme aussi appelé micro-organismes + de l’eau + une huile essentielle, une essence naturelle ou du parfum pour l'odeur selon le produit. Plus il y aura d’eau, moins le produit sera efficace. Malheureusement, rien n’oblige le fabricant à indiquer le taux de dilution (la quantité d’eau par rapport au produit actif). Le seul indicateur serait le prix. Un prix faible aurait tendance à indiquer que vous achetez… de l’eau (et très peu de produit).

4 views

Recent Posts

See All