top of page
  • Writer's pictureODOMAG

L’ATOMISATION :POUR UN MEILLEUR BILAN ENVIRONNEMENTAL

BioService, toujours à la pointe de la technologie environnementale, a franchi une nouvelle étape majeure dans la réduction de la consommation d’eau dans le domaine de la neutralisation des odeurs.


Historiquement, le combat contre les odeurs indésirables a toujours entraîné une utilisation massive d’eau filtrée. Cette surconsommation a été un obstacle majeur, notamment dans les régions où l’eau est une ressource limitée. On comprend également aujourd’hui que si l’eau est souvent abondante au Québec, elle n’en est pas moins une richesse qu’il faut sauvegarder. BioService, conscient de cette préoccupation environnementale, consacre leur temps de recherche pour pallier ce défi.


La neutralisation des odeurs repose sur le principe d’entourer la molécule odorante d’une substance qui la neutralise tout en la rabattant au sol. Pour réaliser cette tâche, de l’eau doit être ajoutée à cette substance neutralisante pour être brumisée.


Il y quelques années, BioService avait introduit la technique de nanobrumisation, qui réduit considérablement la nécessité d’eau. Mais aujourd’hui, la compagnie est sur le point de présenter une innovation encore plus impressionnante: une technique de neutralisation des odeurs sans eau !

L’ATOMISATION

Cette avancée, baptisée «Atomisation», révolutionne le processus en fragmentant la molécule odorante, sans avoir besoin d’eau comme support pour le produit neutralisant. Même si Jeffrey Perron, le responsable du développement, garde les détails précis jusqu’au SAOM, il est clair que cette innovation surprendra bon nombre de spécialistes.


EFFICACITÉ

L’efficacité et la durabilité de la technique d’Atomisation de BioService se distinguent clairement lorsqu’on la compare à la méthode internationale standard de traitement des odeurs. L’écart entre les deux méthodes en termes d’efficacité, de consommation d’eau et d’énergie est édifiant.


De plus, grâce à sa légèreté, la solution utilisée dans l’Atomisation reste en suspension dans l’air pendant 120 secondes, contrairement à la méthode internationale qui ne dure que 20 secondes. Cette suspension prolongée augmente la période d’efficacité de l’Atomisation, la rendant six fois plus performante que la méthode conventionnelle.


Les retours des clients quant à la réduction des odeurs sont exceptionnels, qualifiant l’efficacité d’ «extrême». De plus, la maintenance de ce système est simple, renforçant davantage son attractivité.

INSTALLATION

La méthode internationale standard requiert une installation bien plus complexe et encombrante. Là où la technologie d’Atomisation nécessite seulement deux buses pour couvrir une zone de 1700 m2, la méthode internationale en exige plus d’une centaine pour la même superficie. Cela montre à quel point l’Atomisation est bien plus efficace et compacte.


CONSOMMATION D’EAU

La consommation d’eau est un autre élément clé de distinction. La méthode internationale, qui dépend principalement de l’eau, doit être activée en continu. Elle consomme un énorme volume de 3,75 litres d’eau par minute, ce qui se traduit par un gaspillage colossal de plus de 10 000 litres d’eau par jour. En revanche, l’Atomisation de BioService ne nécessite absolument aucune goutte d’eau, reflétant son engagement envers la durabilité environnementale.


COÛT ET RENTABILITÉ

Il est vrai que le coût initial d’installation d’un système d’Atomisation est légèrement supérieur à celui de la méthode traditionnelle, mais l’Atomisation se démarque nettement par ses coûts de maintenance nettement réduits. Alors que la méthode traditionnelle peut engendrer des frais continus et parfois imprévus en raison de sa maintenance complexe, l’Atomisation, avec sa conception simplifiée, entraîne des dépenses d’entretien beaucoup plus faibles.


À long terme, ceci fait de l’Atomisation une solution non seulement plus durable et écologique, mais aussi plus économique, offrant ainsi aux entreprises un meilleur retour sur investissement.


ÉCONOMIE D’ÉNERGIE

L’économie d’énergie est tout aussi impressionnante. L’Atomisation consomme seulement 1500 watts par heure et n’est activée que 3 minutes chaque heure. Au total, elle utilise environ 1800 watts par jour. À l’inverse, la méthode internationale, moins efficace, consomme 5000 watts par heure, soit un énorme total de 120 000 watts par jour. C’est une différence de taille qui non seulement a un impact sur le coût opérationnel, mais aussi sur l’empreinte écologique.


En conclusion, l’Atomisation est non seulement plus efficace et économique en énergie, mais elle préserve également une ressource précieuse, l’eau. Elle est la preuve vivante que l’innovation technique peut s’aligner parfaitement avec les préoccupations environnementales, plaçant BioService à l’avant-garde des solutions écoresponsables.



5 views

Comments


bottom of page