top of page
  • Writer's pictureFabrice Godefroy

La ventilation: un atout pour la QAI



Une qualité d’air intérieur (QAI) est optimale par la réduction à la source des polluants qui entourent notre quotidien dans les espaces intérieurs. La ventilation est un atout pour améliorer cette QAI en dispersant les polluants.


QUIZ

Connaissez-vous le type de ventilation dans votre habitation?


LES TYPES DE VENTILATION

La ventilation d’une maison ou bâtiment permet de renouveler l’air en remplaçant l’air vicié par de l’air neuf. L’air vicié est un air qui est chargé entre autres en polluants, humidité et odeurs. L’air neuf est celui qui vient de l’extérieur du bâtiment. Les types de ventilation vont du plus basic avec la ventilation naturelle aux plus complexe et coûteux avec des systèmes contrôlés à double flux. Chacun des systèmes a des avantages et inconvénients, mais ils sont la pierre angulaire pour améliorer la qualité de l’air intérieur.


1. Ventilation naturelle

Ce système de ventilation fonctionne en utilisant des ouvertures telles que les fenêtres et les portes qui vont faire circuler l’air neuf. L’inconvénient de celle-ci réside que le flux d’air extérieur et sa circulation à l’intérieur sont imprévisibles. Il va dépendre de la direction et vitesse du vent selon les ouvrants ainsi que le nombre de fenêtres ouvertes qui vont créer cette circulation d’air. La durée de l’aération est un facteur important.


Ce système ne demande aucune maintenance.


Coût : gratuit


Astuce : se renseigner sur la qualité de l’air neuf issu de l’extérieur

Source CEREMA (2016) “Livret d’installation à destination des professionnels du bâtiment”





2. Ventilation mécanique contrôlée (VMC) simple flux

Cette ventilation extrait l’air vicié de l’ensemble de la maison ou du bâtiment via un ventilateur.


Ce système est souvent utilisé dans les salles de bains pour limiter le taux d’humidité et la cuisine pour évacuer l’humidité et les odeurs de cuisson en utilisant une hotte. Ce système permet d’aspirer via un moteur l’air vicié de ces pièces. Son fonctionnement est mis en route par l’utilisateur pour les systèmes basiques.


La solution la plus complète est gérée de manière autonome via un registre de ventilation qui règle chaque débit d’extraction des bouches. Il est utilisé dans les tours à bureaux notamment. L’inconvénient est l’adéquation des registres par rapport à l’occupation et la localisation des capteurs.


Ce système doit avoir un entretien régulier par le propriétaire ainsi qu’une vérification des registres de ventilation par un professionnel.


Coût : Moyen








3. Ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux

La ventilation mécanique contrôlée double flux va apporter de l’air neuf et extraire l’air vicié. Ce système peut être associé à un échangeur d’air pour récupérer l’air frais ou chaud issu de l’extraction de l’air vicié. On ajoute des filtres en amont de l’admission de l’air neuf (filtre à particules …)


Ce système doit avoir un entretien régulier par le propriétaire ainsi qu’une vérification des registres de ventilation et maintenance préventive par un professionnel.


Coût : onéreux

Source CEREMA (2016) “Livret d’installation à destination des professionnels du bâtiment”






RÉGLEMENTATIONS

Le débit de la ventilation est préconisé pour diluer les polluants générés dans une habitation typique ainsi que d’autres polluants émis par la structure de la bâtisse, les matériaux de construction, le mobilier et les biens de consommation. Plusieurs normes et codes existent:


  • American society of heating, refrigerating and air-conditioning engineers (ASHRAE) ;

  • American national standards institute (ANSI) ;

  • Code national du bâtiment (CNB) ;


Ils précisent le débit minimum d’air neuf à introduire pour obtenir une QAI satisfaisante. Ce débit varie selon ces différentes normes ou codes. En règle générale, un débit de ventilation de 5 à 10 L/s d’air neuf est requis pour chaque occupant, ce qui correspond à environ un renouvellement d’air complet toutes les trois heures; ce débit varie en fonction du nombre d’occupants et de leurs activités, du volume et type de bâtiment et de la présence de sources intérieures de polluants.


QUELQUES ANECDOTES DE MES INTERVENTIONS EN QAI

  • Un gestionnaire d’un immeuble de bureaux m’indique que des locataires au 2e étage se plaignent d’odeurs de solvant. En arrivant sur les lieux, Il s’avère que l’espace du 1er étage composé auparavant de bureau a été remplacé depuis 3 mois par un centre d’esthétique. Le système de ventilation n’a pas été adapté par rapport à l’usage qui a changé.

  • Je reçois une demande d’intervention par un propriétaire d’une maison label BBC (Bâtiment basse consommation). Ce logement a une VMC double flux et la maison est très étanche puisque label BBC. Je demande à voir le carnet d’entretien du système de ventilation. Depuis la livraison de la maison, aucun entretien a été effectué en 5 ans.

  • Un gérant d’un atelier d’impression qui utilise entre autres des imprimantes 3D, gravure sur bois, découpe de bois par laser souhaite évaluer son système de ventilation. En investiguant, le local utilisé a été construit et dimensionné au niveau de la ventilation pour des activités bureautique et non une pollution spécifique que peuvent émettre ses matériels. La ventilation est donc inadéquate aux activités actuelles. Le gérant a installé par la suite des bras d’aspirations spécifiques sur chacune de ces machines afin de se conformer.


ASTUCE DU JOUR

Votre système de ventilation, c’est comme le moteur de votre voiture, un entretien régulier de tous les éléments qui composent le système de ventilation est nécessaire.



45 views

Comments


bottom of page