top of page
  • Writer's pictureGwendoline Maniouloux

LA PERTE DE L'ODORAT APRÈS UN CHOC À LA TÊTE


Une chute sur du verglas, un ballon reçu dans la tête au sport, un coup un peu trop violent… et c’est le traumatisme crânien. Fréquents, ces chocs à la tête engendrent le plus souvent des atteintes cérébrales légères et des troubles passagers.


Parmi le large éventail de symptômes associés, il existe un trouble peu considéré et pourtant largement handicapant : le trouble de l’odorat ! Comment se manifeste-t-il chez des patients ayant subi un traumatisme crânien léger (aussi appelé commotion cérébrale) ?


LE DYSFONCTIONNEMENT OLFACTIF, UN SYMPTÔME MÉCONNU


Une étude récente du laboratoire de recherche en neuroanatomie chimiosensorielle (Québec, Canada) publiée dans la revue Brain Injury s’est intéressée aux conséquences d’un traumatisme crânien léger sur l’odorat à travers le temps. Afin de mesurer le taux de détection olfactif, les participants devaient indiquer la présence ou l’absence d’odeur. La perception olfactive était également évaluée en demandant aux participants d’estimer le niveau d’intensité et d’agréabilité de chaque odeur présentée dans leurs narines.


Les résultats ont montré que la perception olfactive des patients ayant subi un traumatisme crânien léger est altérée 2 à 4 semaines après le traumatisme. Effectivement, alors que ces derniers perçoivent les odeurs de manière moins agréable et plus intense, ils les détectent moins par rapport aux individus sains.


UNE RÉCUPÉRATION EN 6 MOIS


Cependant, six mois après le traumatisme subit par les patients, ces dysfonctionnements olfactifs ne sont plus observés par les chercheurs lors de l’évaluation de suivi. Des constats intéressants ! En effet, il est supposé qu’une guérison est possible à mesure que le temps passe. Comment expliquer la résorption de ces symptômes ?


Cela reposerait sur une récupération naturelle. En effet, la voie olfactive semble se régénérer et se réorganiser, des cellules sensorielles du nez jusque dans les réseaux cognitifs du cerveau !


DES RECHERCHES À POURSUIVRE


Ces résultats sont très encourageants, car au-delà d’attester la présence de dysfonctionnements olfactifs chez les patients atteints de traumatisme crânien léger, ils suggèrent une rémission spontanée au cours des six premiers mois suivants le traumatisme et ouvrent les perspectives de recherche sur les mécanismes de récupération de l’odorat.


29 views

Recent Posts

See All
bottom of page